Émancipation

 

 

 

Le seul but de la société c'est le bonheur commun. Dans une République retrouvée, universelle et humaniste, aidez nous à rebâtir notre commune ! Elle s'affranchira des féodalités, des dominations, des discriminations et des préjugés par le partage des savoirs et de la connaissance, une éducation populaire dynamisée et un engagement associatif et citoyen au service de l'intérêt général de toutes les Lilloises et de tous les Lillois.

 

Le sport

 

  • Mise en place d'un dispositif financier ayant pour objectif de faciliter l'encadrement qualifié des associations sportives en soutien des bénévoles sous la forme d'un programme d'aide calculée sur l'heure/enfant encadrée (jusqu'à 18 ans) par une association non professionnelle ;
  • Elargissement du dispositif tendant à aider les familles en difficulté à prendre en charge tout ou partie des adhésions ou licences à des associations sportives pour les enfants jusqu'à 18 ans ;
  • Développer le dispositif Sport sur Ordonnance qui consiste à prendre en charge tout ou partie du coût de la pratique d'une discipline prescrite par un médecin dans l'intérêt médical du patient ;
  • Plan de rénovation et d'adaptation aux contraintes environnementales des équipements sportifs existants ;
  • Définir en lien avec les pratiquants (individuels ou associatifs) les investissements qui correspondront aux besoins nouveaux identifiés en privilégiant la proximité notamment des établissements scolaires 

 

Femmes* dans la Ville, égalité femmes-hommes

 

Des moyens pour parvenir à l’égalité femme-homme à l’échelle municipale : 

  • Former les fonctionnaires municipaux et les élu.es aux discriminations fondées sur le genre ;
  • Veiller à l'égalité de traitement entre femmes et hommes dans le déroulé des carrières.
  • Adopter des règles d'écriture épicène dans la communication de la ville.
  • Veiller à la féminisation progressive des noms de rue, aujourd'hui très majoritairement masculinisées.
  • Renforcer la formation du corps enseignant et animateur.trice.s aux inégalités de genre à l’école, dans les centres de loisirs.
  • Renforcer la parité dans les organes décisionnels 
  • Soutien aux associations et collectifs agissant pour les droits des femmes, la prise en charge des violences sexistes et sexuelles et l’accompagnement professionnel et social des femmes en situation de précarité ;
  • Création d'une « Maison des Femmes » ouverte à tou.te.s en partenariat avec les associations existantes : accueil de jour, lieu d'écoute et de répit, d'orientation et de soin pour réparer les blessures intimes, sur le modèle roubaisien.
  • Création d’un pôle au sein du CCAS permettant un accueil spécifique des femmes victimes de violences. Animer par des travailleur.e.s sociaux formé.e.s aux violences faites aux femmes. Accompagnement, soutien, orientation, information…

Améliorer la condition des femmes dans la ville, quels que soient leur travail, leur apparence et leur situation sociale :

  • Mixité dans les espaces publics par leur (ré)-aménagement avec une approche de genre.
  • Mise en place d’un plan de lutte contre le harcèlement de rue et dans les transports à l’aide de moyens d’alerte facilités et de témoignages en collaboration avec les acteurs concernés (police nationale et municipale, opérateurs de transports, MEL…) ;
  • Lutte contre le trafic d’êtres humains dont peuvent être victimes les femmes migrantes, les mineures, les personnes qui se prostituent… ;
  • La rue appartenant à toutes et à tous, associer les personnes qui se prostituent aux décisions municipales les concernant et empêcher toute forme de stigmatisation. Pour celles et ceux qui souhaitent arrêter leur activité, travailler avec les associations et la Mairie pour leur permettre d’accéder aux formations, au marché du travail et aux études.
  • Installer des équipements sanitaires (toilettes, douches) près des lieux de prostitution.

*Femme : en employant ce terme, nous désignons toute personne qui s’identifie en tant que femme

 

La lutte contre les discriminations

 

  • nommer un référent (élu ou extérieur) défenseur.e des droits, afin de veiller au respect de l’égalité dans tous les actes de la vie municipale et présenter un bilan annuel devant le conseil municipal ;
  • développer les formations spécifiques en matière d’éthique, de déontologie, de droits humains pour les élu.e.s et les personnels concernés à tous les échelons hiérarchiques (accueil, police municipale…) ;
  • accorder le droit de vote aux résident.e.s étranger.e.s pour les votations citoyennes ;
  • défendre publiquement nos positions antiracistes sur le plan local et national ;
  • organiser des campagnes contre le racisme (affichage public, internet, forums, débats...) ;
  • soutenir les associations et collectifs antiracistes, participer aux commémorations relatives à ces luttes (17 octobre 1961, abolition de l'esclavage...) ;
  •  prendre en compte dans l'attribution des marchés publics les pratiques anti-discriminatoires des entreprises ; favoriser la mise en place des emplois-relais, tremplins d'avenir dans les quartiers populaires ; activer l'embauche des habitants des quartiers classés en "politique de la ville" par les entreprises qui y sont implantées ;
  • soutien aux associations et collectifs qui combattent les discriminations sous toutes leurs formes ;
  • mettre en place un "conseil des citoyen.ne.s étrangers-ères ; mettre en place des dispositifs d'accompagnement (apprentissage de la langue, aide juridique, soutien administratif, aide au logement...) ;
  • mettre à disposition du matériel pédagogique dans les bibliothèques municipales et centres de ressources. Ce matériel sera élaboré avec des associations et enseignants afin de porter le combat contre les discriminations ;
  • inciter à travailler sur les discriminations dans les écoles, à travers des projets éducatifs en partenariat ; soutenir les associations intervenant en milieu scolaire sur ces thèmes ; mettre en place des projets éducatifs en lien avec les enseignant.e.s ;
  • réaliser des enquêtes régulières sur la façon dont est perçue la police municipale, mettre en place un code de bonne conduite co-élaboré avec les habitants et les policiers municipaux ; mettre en place un récépissé pour la police municipale ;
  • s'assurer d'une représentation équitable de la diversité sociale au sein de l'exécutif municipal afin que la municipalité soit à l'image de la population ; mettre en place une charte pour l'égalité ; réaliser un audit par un organisme externe ; mettre en place une cellule interne d'accueil et d'écoute, un mécanisme d'alerte anonyme.

 

L'éducation – l'école de l'égalité et de l'émancipation

 

  • Cantine bio locale gratuite pour tous avec une option végétarienne quotidienne
  • Dès la rentrée de septembre 2020 : 
    • un enfant, un fruit. A chaque récréation de 10H, distribution de fruits de saison, de production           française, issu de l'agriculture biologique et locale ;
    • la santé dans l’assiette : de façon cohérente, mettre en place des cours et des ateliers culinaires       dans les écoles élémentaires ;
  • Plan concerté de rénovation des bâtiments scolaires et d’adaptation aux contraintes environnementales et d'accessibilité ;
  • S'assurer des suites données aux diagnostics obligatoires sur la présence de matériaux dangereux (amiante, plomb...) et prendre toutes les mesures qu'impose la préservation de la santé des enfants et des personnels enseignants et municipaux ;
  • Mise en place d’une instance permanente de concertation associant tous les acteurs du monde scolaire et éducatif ;
  • Consolider la communauté scolaire et éducative par la pérennisation et la formation des effectifs municipaux et l’apport  d’effectifs nouveaux prenant en compte notamment les tâches de secrétariat et les situations spécifiques et tout particulièrement celles liées aux handicaps ;
  • Aider la communauté scolaire et éducative à lutter contre toutes les formes de harcèlement et de discrimination par la mise en place concertée d'actions de sensibilisation ; 
  • Ouverture de l’école vers le quartier, la ville et le monde par la généralisation des parrainages culturels et artistiques (théâtre, musique, arts plastiques, peinture, littérature, poésie...) et l'initiation à tous les domaines de l'intelligence et de la connaissance humaine notamment dans le domaine des sciences et de la découverte ; 
  • Renforcer le soutien scolaire en s'appuyant sur les ressources humaines de proximité ;
  • Mener une réflexion avec la communauté éducative et les professionnels de l'enfance sur le contenu des activités péri-scolaires ;  
  • Faciliter la pratique de l'exercice physique et sportive en garantissant une accessibilité améliorée aux équipements sportifs existants ou à réaliser ;
  • Offrir à la communauté éducative les moyens de sensibiliser aux enjeux de la sauvegarde des milieux naturels (verdissement massif des cours d'école, jardins pédagogiques...)

 

Vie associative

 

  • Faire de la maison des associations, au-delà de son soutien logistique et administratif au tissu associatif, un véritable lieu alternatif de l'intelligence populaire en lien étroit avec les centres sociaux et les maisons de quartier pour faire émerger une culture citoyenne ;
  • rendre transparentes les modalités d'attribution des subventions en associant les associations au processus décisionnel ;
  • aider financièrement le milieu associatif concerné à la formation qualifiante voire diplômante de leurs intervenants notamment ceux qui œuvrent en direction des jeunes ;
  • multiplier les conventions d'objectifs en privilégiant la pluriannualité pour laisser aux associations le temps de développer leurs projets ;
  • élargir les créneaux d'ouverture des locaux municipaux pour permettre aux associations et aux particuliers de pratiquer une activité et en augmenter le nombre par un recensement immédiat de ceux qui être affectés à cette destination ;
  • Gratuité pour la mise à disposition des locaux en direction des associations et gestion en ligne des créneaux libres d'occupation 

 

Art, culture et patrimoine

 

  • moderniser les équipements consacrés à la diffusion culturelle écrite notamment les bibliothèques et créer une médiathèque centrale, regroupant toutes les formes d'expression culturelle (Artothèque, Discothèque, Logithèque...) et ouvert à tousUn grand plan de rénovation, création et extension de surfaces et horaires des médiathèques (40 millions d’investissement) permettra de redonner toute sa place à ce service public aujourd’hui délaissé. 
  •  gratuité pour les Lillois, Hellemmois, et Lommois  pour les musées municipaux ;
  • étendre cette mesure à l'ensemble des équipements communautaires et négocier la réciprocité pour les autres équipements municipaux des communes membres de la métropole ;
  • mener une politique d'accessibilité pour les plus défavorisés en négociant des tarifs avec les gestionnaires d'équipements privés bénéficiant d'aides publiques ;
  • redéployer les financements publics notamment municipaux consacrés à Lille 3000 (22 millions d'euros de 2014 à 2020) sur des actions de développement des pratiques artistiques et culturelles pour le plus grand nombre (festival) ; favoriser l'implication citoyenne dans la programmation culturelle et artistique et soutenir le secteur associatif ;  
  • recentrer l'ancrage des équipements municipaux sur les quartiers (Maisons Folies notamment) et mener une politique de réseau avec tous les acteurs du quartier (institutionnels, associatifs, individuels...) ;
  • faire rentrer l'art et la culture à l'école par la multiplication des parrainages artistiques ;
  • permettre aux plus défavorisés l'apprentissage musical et la pratique d'un instrument individuelle et collective par la mise en place d'un programme spécifique dès le plus jeune âge ;
  • développer la sensibilité des tout petits à l'écoute musicale dans tous les lieux d'accueil (crèches, garderies, …) 
  • Développement des classes à horaires aménagés (CHAM), dispositif jusqu'ici présent dans le Vieux-Lille, dans les quartiers populaires (Moulins, Wazemmes, Fives) ;  
  • mettre en place un plan théâtre en lien avec les communautés éducatives, les acteurs culturels         Lillois et les artistes locaux et lui donner une vocation d'insertion sociale ;
  • mettre en place des ateliers populaires en s'appuyant sur le réseau des équipements de quartier et les acteurs associatifs ou individuels locaux et l'apport d'intervenants spécialisés. Le but est de diffuser la connaissance dans tous les domaines de la création humaine et contribuer au développement du savoir critique ; 
  • Création de festivals de quartiers multiculturels (danse, musique...) 
  • Création d’un festival de musique de rue : fanfare dans toute la ville et dans des lieux insolites inaccessibles en temps normal ; 
  • Doter l'espace Saint Sauveur d'une véritable programmation culturelle ;
  •  Veiller à la diversité de l'offre cinématographique dans Lille, en protégeant notamment les salles labellisées art & essai
  • Cinémathèque, cinéma art & essai à St-Sauveur avec projections et ateliers pour enfants le samedi après-midi ; gestion d'une collection cinématographique, organisation de ciné-débats ;  
  • Lieux de résidence et ateliers pour artistes plasticiens à Saint Sauveur ; 
  • offrir des conditions d'hébergement permettant aux acteurs culturels locaux d'accueillir des artistes et intervenants extérieur ;
  • favoriser l'expression du street art en s'appuyant sur la richesse créative locale existante ;
  • rénovation de la sculpture de Jean Jaurès à l'abandon depuis de trop nombreuses années dans les locaux de la mairie et installation dans un lieu public

Déposer une contribution

En vous connectant comme contributeur nous vous demandons de renseigner votre nom et adresse de messagerie. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

4 Contributions

La médiathèque centrale n'est pas à la hauteur d'une métropole comme Lille. Il faut penser une rénovation d'ampleur ou un nouveau bâtiment plus moderne, certainement plus vertueux ecologiquement et plus fonctionnel (espaces de travail plus nombreux et modulables, plus de ressources en libre accès, salle de conférences, vrai espace détente etc...)

Répondre Partager

Bonjour Cyril,
Merci de votre message qui rejoint notre analyse sur le réseau de bibliothèques municipales de Lille. A ce jour, Lille est l’une des lanternes rouges dans ce domaine en France. Nous souhaitons dédier 40 millions d’euros d’investissement sur le mandat 2020-2026 au développement et à l’amélioration du réseau. Une grande bibliothèque municipale mêlant toutes les générations, attentive aux conditions de travail des étudiants, avec des horaires d’ouverture adaptés au rythme des usagers, nous semble indispensable. Nous pourrions y appuyer une politique culturelle, y accueillir la vie associative, du soutien scolaire, dans un cadre convivial et avec de multiples ambiances. C’est le premier service public culturel d’une ville-centre.
Dans ce cadre, la bibliothèque Jean-Lévy pourrait devenir un centre de consultation des archives et du patrimoine écrit et photographique de Lille, dédiée à l’étude. Au total, nous visons une augmentation de 1000 places en bibliothèque pour Lille, avec le soutien de la Métropole européenne de Lille et de la DRAC.
Il est temps que Lille offre à ses habitants des services à la hauteur d’une ville-centre.

Répondre Partager

Redonner des moyens à ceux qui FONT le quartier (et populaire) (associations, collectifs habitants, commerçants etc)

Répondre Partager

Questionnaire "ouvert" dans les quartiers populaires pour organiser des événements en partant des habitants, en allant les chercher chez eux et non en organisant des réunions avec toujours les mêmes personnes

Répondre Partager

Je partage sur ...