Démocratie

 

Notre démocratie se meurt par manque de morale et de transparence. En éloignant géographiquement les élus ou en remplaçant le lien direct par des interfaces numériques, les institutions démocratiques finissent par fonctionner en vase clos. Les citoyens sont progressivement mis à l'écart des décisions publiques. Voulons-nous vraiment d’une commune où nous n’avons notre mot à dire que tous les 6 ans ?

 

Chaque Lillois doit pouvoir prétendre à une démocratie plus participative dans notre ville et nos quartiers. La souveraineté populaire doit permettre à chacun de gouverner la ville et l’intercommunalité.

 

C'est dans ce sens que nous proposerons à chaque citoyen une boîte à outils qui permettra de décider pour Lille.

 

Pour plus de transparence

 

Des élu-e-s qui rendent des comptes :

 

  • Systématisation du vote public. Les citoyens doivent savoir qui a voté quoi
  • Publication des agendas et des frais de mandat des élus
  • Création d’un service de la transparence (garant de la diffusion de toutes les informations publiques à tous niveaux, quartier, commune et MEL, communication du budget détaillé dans toutes les instances de décisions).
  • Instaurer une votation révocatoire de mi-mandat afin de pouvoir juger le bilan de l’équipe municipale. L’ensemble des habitants (y compris les étrangers et mineurs de plus de 16 ans) seront conviés à y participer. Les élu.es de notre liste se soumettent à cette votation, qu’ils soient dans la majorité ou dans l’opposition, et s’engagent à en respecter le résultat.

Des décisions portées à la connaissance des citoyens :

 

  • Publication des compte-rendu des décisions et propositions, dans un langage accessible à tous
  • Réorganisation du site internet de la mairie afin de le rendre interactif et intuitif. Les habitants doivent y trouver facilement les informations sur l’ensemble des instances de décision.
  • Transformation du journal de la ville en un journal de quartier diffusé dans chaque boite aux lettres. Il comprendra les décisions municipales, des instances de quartier et de la MEL ainsi que les événements associatifs, culturels, sportifs et festifs.

 

Pour une prise de décision citoyenne

 

" Décidons pour notre commune " :

 

  • Mise en place d'un référendum d’initiative citoyenne (RIC) déclenché par pétition rassemblant au moins 5 % des inscrits sur les listes électorales, pour permettre l’expression démocratique directe des habitants sur des sujets concernant la commune, et proposer d’élargir ce dispositif à la MEL.
  • Création d'un espace de concertation en ligne permettant de contribuer à la construction des projets municipaux (grand projet urbain, projets culturels, etc.). Des expériences pourront être menées en milieu scolaire, sous forme de projets coopératifs, à l'aide de supports numériques.
  • Mise en place d'un temps de parole pour les habitants lors du conseil municipal (à l’occasion de suspensions volontaires).
  • Kit de bienvenue démocratique transmis aux nouveaux habitants (information sur la vie démocratique, associative et culturelle).
  • Part du budget d’investissement confié à la prise de décisions citoyenne (10% en début de mandat avec un objectif à 25 % en fin de mandat. 
  • Mise en place d’une garderie gratuite lors des réunions municipales et de quartier pour permettre aux parents de participer à la vie démocratique.
  • Création d'un comité de prospective constitué de citoyens et de représentants d'associations, pour penser Lille à l'horizon 2100 afin d'éclairer les choix du conseil municipal.


Contrôle des décisions communales :

 

  • Ouverture d’un recueil de doléances publiques, ainsi que les réponses apportées sous un délai d’un mois.
  • Droit d’expertise des habitants sur un projet municipal permettant l’audit citoyen. 

 

À chaque échelon sa démocratie

 

Démocratie bien ordonnée commence par la mairie !

 

  • Limitation du nombre de délégations confiées au maire pour que le conseil municipal puisse rester souverain et pour éviter de concentrer les pouvoirs sur un.e seul.e.
  • Vote des attributions de délégation par l’ensemble du conseil municipal.
  • Déconcentration des pouvoirs de chaque élu par la mise en place de commissions citoyennes qui pourront proposer des amendements soumis au conseil municipal.
  • Augmentation de la fréquence du conseil municipal (10 par an) afin d’attribuer plus de temps à la prise de décision collective .
  • Publication des dates et de l’ordre du jour des réunions municipales ou des instances de quartier minimum 12 jours avant leur tenue. Favoriser la possibilité de demande d’inscription de sujet à l’ordre du jour.


La mairie au quotidien :

 

  • Permanences d'élus sans rendez-vous plusieurs matins par semaine.
  • Multiplication des rencontres avec les habitants sur l’espace public (déambulation, visite de quartier, marché…) et au domicile.
  • Recensement des habitants non-inscrits sur les listes électorales.
  • Publication de la liste les lobbys et organisations ayant des rapports économiques et financiers avec la Mairie.
  • Généralisation des enquêtes auprès des habitants pour connaître leurs avis et besoins.
  • Organisation des conditions d’un trilogue entre habitants, agents municipaux et élus.

 

Limiter les dérives démocratiques :

 

  • Confier la présidence de la commission des finances et de la commission d’appel d’offres à un.e élu.e de l’opposition.
  • Création d'une commission de la commande publique chargée de contrôler et d’organiser les achats dès le premier euro.
  • Création d’un « garant des droits » municipal dont le rôle est de s’assurer que les droits des habitants sont respectés.
  • Élaboration d’un système permettant la transparence de l’attribution des places en crèches et des logements sociaux.

 

Dans les mairies de quartiers

 

  • Comme à l’échelon municipal, permanences d'élus sans rendez-vous plusieurs matins par semaine.
  • Mise en place d'un service d’écrivain public dans tous les quartiers.
  • Mise à disposition des habitants d'outils permettant la création et la diffusion de médias d'informations critiques sur la vie de la cité (presse, radio, TV, Site Internet).


Dans les réunions du comité de quartier

 

  • Mise en place du principe « du quartier à la ville » : discussions en quartier puis en conseil municipal.
  • Réunion des conseils de quartier en séance publique.
  • Élection du président du conseil de quartier par ses conseillers.
  • Droit de saisine des conseillers de quartier sur les sujets municipaux.
  • Réunion 2 fois par an d'une assemblée plénière rassemblant l’ensemble des acteurs du quartier (directeurs d’école, des centres sociaux, représentant de la police, etc.., et habitants tirés au sort).

 

Dans l’intercommunalité

 

Les propositions ci-dessous sont partagées par plus d'une dizaine de listes soutenue par la France Insoumise dans la métropole.

  • Publicité et transparence des débats au niveau intercommunal. Publication des ordres du jour puis des délibérations.
  • Limitation du nombre de délégations confiés au président de la MEL pour que le conseil communautaire reste souverain, et éviter la concentration des pouvoirs sur une personne.


 

Déposer une contribution

En vous connectant comme contributeur nous vous demandons de renseigner votre nom et adresse de messagerie. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

2 Contributions

S’appuyer sur la connaissance et les compétences des agents municipaux pour mieux répondre aux besoins des habitants

Exposé des motifs : à juste titre, le programme Décidez pour Lille (mais également les programmes d’autres listes) insiste sur la nécessité sur l’expression des besoins des habitants dans une relation privilégiée élus/citoyens. Néanmoins, chaque jour, des centaines d’agents municipaux sont au contact des habitants et ont développé une forte expertise dans la connaissance des besoins des habitants, et surtout sur la meilleure façon d’y répondre. S’appuyer sur cette richesse permettrait d’être rapidement dans la recherche concrète de solutions au plus près des besoins des habitants. Par ailleurs, cette reconnaissance de la compétence des agents publics permet de motiver des agents publics, lassés et frustrés par le système Aubry.

Proposition : par thématique et par quartier, organiser les conditions d’un TRILOGUE entre habitants, agents municipaux et élus.

Répondre Partager

Proposer des audiences matinales sur le modèle de celles organiser par la maire de Mexico: de 6h à 10h, 4 fois par semaine, les habitants sont reçus sans rendez-vous dans le hall de la mairie par l'équipe municipale qui redistribue ensuite les demandes et réclamations aux services concernés. Objectif; restaurer un lien plus direct entre les élus et les citoyens.😉

Répondre Partager

Je partage sur ...